La santé de l'enfant

 

Principes de précaution concernant la santé des enfants

 

Prendre rendez-vous avec un pédiatre ou un médecin généraliste pour avoir des conseils sur les aspects mesurables objectivement (courbes de croissance, périmètre crânien, indications comportementales, etc.), 

Le dossier médical vous sera présenté par le pédiatre de l'orphelinat au moment de la rencontre avec l'enfant,

Pour les examens réalisés sur l'enfant, il faut prendre en compte le fait que les moyens de diagnostic ne sont pas les mêmes qu'en France,

Au moindre doute, ne pas hésiter à contacter son médecin en France ou demander à voir un autre médecin sur place,

Et surtout, malgré les émotions, il vous faut garder la tête froide, être vigilant et prendre du temps pour la réflexion.

Extraits des journées de formation sur la prise en charge médico-psychologique des enfants étrangers adoptés en France à l’amphithéâtre principal de la faculté de médecine Cochin- Port Royal – 24 rue du Fbg St Jacques – 14ème

 

Les critères a minima d’un dossier de santé de l’enfant :

Existence ou non d’un dossier de l’enfant, il n’y a souvent rien

Carnet ou trace de vaccination

Test sérologique dans le pays d’origine

Énumération ou trace de formule sanguine

Historique du développement de l’enfant (poids, taille de naissance, périmètre crânien)

 

Qui délivre l’information ?

Les questions à poser Dr. de MONLEON (Pédiatre – Anthropologue)

Il s’agit des questions que doivent se poser les candidats à l’adoption internationale.

 

1) Est-on prêt à partir dans le pays d’origine ? (il organise à Dijon à l’hôpital des consultations pré-adoption par des infirmières puéricultrice.)

Dossier administratif complet ? ne pas être gêné par les formalités

- Trousse de médicament pour l’enfant

- Aliment pour l’enfant

- Matériel de soin, vêtements

 

2) Anticiper sur ses limites de l’adoption

Qu’est on prêt à accepter ou non quand à l’état de santé plus ou moins grave d’un enfant

Quelle types de problèmes est on prêt à assumer ?

 

3) Se protéger soi même.

Médicaments des parents sur place

Vaccination à jour (être vacciné contre l’hépatite B pour éviter une contamination au contact d’un enfant)

Produits d’hygiène, contre les moustiques, et solaire

Se préparer à une période difficile

 

4) Chercher à connaître l’histoire de son enfant

Connaître l’origine de son enfant,

Les antécédents médicaux et la qualité du Nursing (la chaleur humaine)

Les conditions de la séparation (il avoue être critiqué sur ce point par d’autres professionnels)

Ne pas entacher l’adoption de secret, en parler très vite (dès le premier biberon)

 

5) Connaître, aimer, respecter le pays de son enfant, mais le laisser à sa place

 

6) Préparer l’accueil de son enfant au retour 

Préparer la nouvelle vie, et la garde de l’enfant

Préparer l’entourage, et conseiller des lectures aux grands parents

Ne pas s’isoler

Ne pas penser que tout ira bien

Ne pas tout rapporter à l’adoption

 

Conclusion : Le médecin doit dépasser son rôle de soignant pour s’occuper du bien être global de l’enfant

 

Propositions au cours du débat : 

Un grand chantier : la réflexion sur la scolarité et l’insertion des grands enfants dans l’enseignement

Ne pas parler de la séparation, mais « des séparations » et faire attention aux ruptures que les systèmes ou les professionnels peuvent générer (Joëlle Lemieux : le nombre de ruptures augmente le risque d’échec)

Hépatite B : le réel problème en adoption internationale.

La fiabilité des tests est discutable mais il faut penser aussi à la contamination mère enfant lors de l’accouchement : dans ce cas les bébés seront « faussement négatifs » dans un premier temps.

De même pour toute autre contamination récente, la contamination pouvant se faire à l’orphelinat par exemple.

Il est conseillé de refaire la sérologie de l’hépatite B chez tous les enfants même si cette sérologie était négative (contamination récente) et même chez les enfants vaccinés, car la contamination a pu se faire avant la vaccination.

Le malade doit être détecté de façon à ne pas faire progresser cette contagion dans le milieu familial (échange de brosse à dents).

 

La carence en fer

Les conséquences de celle-ci peuvent être de moins bonnes capacités de développement intellectuel et moins de défenses immunitaires.

Les parasites dans les selles

Il s’agit de giardases ou ambliases très fréquents et très sous estimés.

Conseil : un traitement systématique avec du Flagyl pendant 5 jours.

 

La syphilis

Conclusions : le bilan clinique ne suffit pas. Plus « l’enfant est jeune plus il est à risque » pour des pathologies telles que le retard psychomoteur ou une fœtopathie de mère alcoolique car ces pathologies ne sont pas toujours détectables lors du bilan.

Quel bilan demander ?

La surveillance médicale des enfants - Pr. GENDREL, Dr. CHOULOT

Le docteur Choulot présente sa consultation au CHU de Pau (Drs Choulot, Carbonnier, Guérin)

 

1 Quel bilan demander ? :

Poids, taille, Périmètre Crânien avec courbe de développement et l’histoire nutritionnelle :

La courbe de croissance met en évidence les séquelles de dénutrition des 6 premiers mois.

Si cela est possible l’histoire de la grossesse (rubéole, toxoplasmose..). Les erreurs sur l’age peuvent conduire à parler à tort de puberté précoce.

 

Les conditions de l’adoption

 

Examens clinique :

le développement psychomoteur L’organisation de la scolarité

Les inquiétudes (troubles du sommeil.. épisodes de boulimie..)

Les maltraitances et abus sexuels

L’hospitalisme (séquelles neuropsychiques)

Les troubles de l’attachement

L’hyperactivité et les troubles du comportement, le retard scolaire.

 

2 Les différentes pathologies :

La fœtopathie de mère alcoolique (pays de l’Est) difficile à diagnostiquer chez les petits.

 

L’Hépatite B

Les dermatoses et les carences : La gale et les poux le rachitisme et les carences en fer.

Dépistages du HIV, de la syphilis, de la tuberculose et des parasitoses.

les vaccinations : on peut refaire un dosage des anticorps.

Bilan : NFS…différentes maladies à vérifier (drépanocytose, thalassémie.)

Intervention du Pr. Gendrel

 

Les enfants venant d’Europe

  • L’hospitalisme
  • La fœtopathie éthylique
  • Le rachitisme et les carences en vitamine D
  • La carence en fer
  • Les parasitoses
  • La syphilis
  • L’hépatite B
  • Fente labio-palatine

 

L’examen clinique :

Les examens sensoriels

Les examens mettant en évidence la malnutrition (rapport périmètre brachial sur périmètre crânien) Il y a malnutrition si le rapport est inférieur à 0,29mm

L'âge osseux. Radiographie du poignet gauche.Mais les courbes de croissance sont françaises.

 

Examens de laboratoire :

NFS, parasitologie des selles avec recherche de giardia. Les transaminases et les phosphatases alcalines. Le VIH.

Prévoir un rattrapage vaccinal.

Pour l’IDR attendre la renutrition complète.

Pour renourir les enfants carencés prévoir un lait sans lactose du fait de l’atrophie des villosités intestinales.

Du lait type Diargal, des yaourts et de l’huile végétale.

Le développement psychomoteur et staturo-pondéral des enfants - Dr. de MONLEON

 

Tout d’abord, chaque enfant est différent (hétérogénéité)

La croissance de l’enfant sera différente, suivant le pays d’origine mais aussi selon le régime alimentaire. Pour la puberté par exemple on parle « de poids starter » à partir duquel les cellules graisseuses fabriquent des neuromédiateurs.

On estime cependant que 10% des petites filles adoptées après 4 ans feront une puberté avancée dont la cause est due à un changement brutal de régime alimentaire.

La surveillance de la croissance : L’enfant a « 3 âges » :

  • L’âge civil : c’est l’âge réel par rapport à la date de naissance (si ce n’est que dans certains pays comme Madagascar on compte l’âge à partir de la conception donc on rajoute 1 an)
  • L’âge statural : c’est l’âge qui correspond à une taille moyenne, aux courbes.
  • L’âge osseux : déterminé par la radiographie qui met en évidence suivant une échelle précise l’état de l’avancement de la croissance osseuse. (d’ou limites liées à l’interprétation) 

 

Exemple : une petite fille adoptée à 6 ans

  • Âge Civil : 6 ans
  • Âge statural : 5 ans et demi
  • Âge osseux : 5 ans.

 

L’enfant arrive dénutrie et 6 mois plus tard, on observe :

  • AC=6,5 ans
  • AS=6,5 ans
  • AO=7 ans.

 

La puberté avancée

Normalement la puberté a lieu à 12 ans - 13 ans en France (âge moyen) avec un poids « starter » de 44 kilos.

En Inde le poids « starter » de la puberté est plus bas : 39 kilos

Donc un enfant indien élevé dans des conditions favorisées atteindra plus vite ce poids et la puberté aura lieu plus tôt. Le traitement se fera s’il y a une indication psychologique

Il faut surveiller de façon scrupuleuse la taille surtout dans la première année.

 

Le développement psychomoteur :

Là aussi grande hétérogénéité des études et des populations d’enfants

Voir quelle est l’histoire périnatale et l’histoire familiale de l’enfant : le nombre de référents, si l’enfant a été ballotté, les conditions d’hébergement et les soins. Les sévices.

Les conditions du premier contact sont très importantes.

 

A l’examen clinique :

  • Quels sont les retards psychomoteurs et les acquisitions motrices ?
  • Les stéréotypies.
  • Le « vagabondage affectif », l’indifférence de l’enfant.
  • La taille, le poids et le périmètre crânien.
  • Les examens para-cliniques : EEG, scanner et IRM cérébrale, évaluation psychologique.
  • Cas de « l’autisme roumain » et de l’hospitalisme.
  • Les séquelles de l’hospitalisme, pourront être : un retard d’acquisition majeur et un retard psychomoteur. Une indifférence.
  • Le s troubles de l’attachement : cas d’un enfant ballotté qui pourra présenter des périodes d’oppositions et de provocations.
  • Le syndrome alcoolo-fœtal : chez des enfants venant de Russie.
  • Les enfants présentent un faciès particulier et différents stades de séquelles.

 

Le « syndrome de l’aéroport de Bogota ». L’histoire « d’avant » est douloureuse et entraîne une perte de confiance de l’enfant envers les adultes. L’enfant est dans la provocation incessante. A l’arrivée après le voyage en avion, l’enfant change totalement d’attitude après avoir retrouvé la confiance.

Il ressort que le développement psychomoteur est très dépendant de l’histoire périnatale et de l’histoire familiale de l’enfant, du nombre de réfèrent, des conditions du premier contact, et des conditions d’hébergement de l’enfant.

Le comportement parental compte beaucoup.

 

Les troubles de l’attachement :

  • C’est la difficulté de nouer des liens solides.
  • C’est un problème d’adaptation sociale. L’enfant a des besoins excessifs d’amour.
  • L’enfant a été soumis à des relations douloureuses, il cherche en lui même les sources de plaisir. Les adultes deviennent interchangeables.
  • C’est l’enfant lui même qui devient un obstacle à l’élaboration d’un projet de vie avec des substituts parentaux. Car il essaye d’éviter la douleur du rejet.

 

Devant quels signes s’inquiéter ? 

  • Nécessité de connaître les antécédents
  • Ce qu’on en fait soi-même et ce qu’on peut transmettre.
  • Tout enfant abandonné souffre et a souffert.
  • En institution il y a plus de risques de carences.
  • A l’étranger, on sait peu de choses, ce qui fait le lit des fantasmes.
  • Tout enfant n’est pas adoptable et tout n’est pas réparable.
  • Les parents doivent être préparés aux difficultés qu’ils peuvent rencontrer ;
  • Il est important qu’il y ait des lieux de consultation et des lieux de parole.
  • Quand l’enfant a perdu la confiance « dans le monde » il sollicite le monde en cherchant à le détruire.
  • Il faut donc aider l’enfant à renoncer à détruire le monde et à rechercher des limites.

FIN DES EXTRAITS

 

Voici quelques adresses et sites de pédiatrie à consulter .

Professeur GENDREL Pédiatre,

Chef du service de Pédiatrie Générale de l’Hôpital Saint-Vincent de Paul/La Roche Guyon

Professeur GOLSE Pédopsychiatre psychanalyste,

Chef du service de Pédopsychiatrie de l’Hôpital Necker enfants Malades.

Docteur ZEISSER (Responsable Santé d’E.F.A.)

Consultation Médico Psychologique

Peuvent être consultés au COFI – CMP ,

20 rue de Dantzig, 75015 PARIS, Tél.: 01.53.68.93.46

les : Docteur. LEVY-SOUSSAN (Pédopsychiatre psychanalyste),

Mme MARINOPOULOS (Psychologue psychanalyste),

Docteur TARRAGANO (Pédopsychiatre psychanalyste).

Hépatite : Dr Florence Lacaille - Hôpital Necker -

E mail :Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. (répond systématiquement et rapidement à toutes les questions surtout si vous précisez que c'est urgent).

 

Consultations spécialisées dans l'accueil des enfants adoptés, Bilan à l'hôpital, 

  • Docteur JJ CHOULOT service de pédiatrie consultation au CHU de Pau (Drs Choulot, Carbonnier, Guérin)
  • Docteur Jean Vital de MONLEON (Pédiatre – Anthropologue)
  • La Consultation d'Adoption Outremer du Dr. Jean-Vital de Monléon -

 

1 Hôpital d'enfants CHU du Bocage

10 Bd Maréchal de Lattre de Tassigny

21000 Dijon Tel : 03 80 29 33 59

Service de maladies infectieuses et médecine tropicale.

Il y en a à St Vincent-de-Paul (01 40 48 80 71),

à Armand Trousseau (service de pédiatrie générale 01 44 73 60 10)

et à l'hôpital Necker enfants malades (01 44 48 17 42).

 

Pour les familles qui ne connaîtraient pas la région parisienne:

http://www.ap-hop-paris.fr/

 

On peut chercher par service, hôpital ou nom de médecin - pas par nom de maladie ou énoncé d'un problème. D'expérience, les numéros de téléphone fournis ne sont que rarement les bons pour la consultation mais ils servent à se faire réorienter...

 

1) Courbes de croissances

http://www.femiweb.com/pediatrie/courbes/frameset_courbes.htm(A CHANGER)

 

2) Interprétation des dossiers médicaux en Russie (site traduit de l'anglais)

http://tinyurl.com/385x5(A CHANGER)

Puis cliquez sur l'onglet : "Our services" 

http://www.russianadoption.org(A CHANGER)

Site américain (aller dans russian adopt medical services discussions - russian adoption medical report interpretation - russian medical report problems)

 

3) Santé des enfants en Europe de l'est (site en anglais)

http://www.eeadopt.org/home/preparing/medical/medical_hlth/index.html(A CHANGER)

http://www.quebecadoption.net/

(Il faut cliquer sur le logo : "Québecadoption.net" puis cliquer sur "santé")

 

http://www.orphandoctor.com (site en anglais)

http://www.orphandoctor.com (traduction)

http://www.eaci.com/medical/(A CHANGER)

Différentes maladies sont répertoriées et il y a aussi un exemple d'un dossier médical russe

 

http://www.nofas.org et http://www.safera.qc.ca(A CHANGER)

Sur les problèmes liés à l'alcool sur le foetus

 

http://www.meanomadis.com/Content/index.asp

Site extrêmement bien fait avec pour rédacteurs des pédiatres.

Jean-François Chicoine spécialisé en pédiatrie internationale et en communication scientifique (MD FRCP). L'équipe de « Le monde est ailleurs » est constituée de médecins, d'infirmières, d'orthopédagogues, de travailleurs sociaux, de psychoéducateurs, de nutritionnistes et d'autres professionnels de la santé, de l'enfance et de la jeunesse. L'équipe est également composée de photographes, de réalisateurs et d'auteurs. 

La MAI a également un site santé http://www.diplomatie.gouv.fr(A CHANGER) « en savoir plus » santé et adoption

Il Existe aussi un groupe de discussion sur yahoo - EFA SANTE

Tableau récapitulatif des vaccinations à faire

Important - refaire un bilan de santé

quand vous revenez en France afin d’avoir une meilleure connaissance de la santé de votre enfant.

 

2 mois

DTCP (Diphtérie, Tétanos, Coqueluche, Poliomyélite)

Haemophilus

Hépatite B

3 mois

2ème injection de DTCP

Haemophilus

Hépatite B

4 mois

3ème injection de DTCP

Haemophilus

12-15 mois

ROR (Rougeole, Oreillons et Rubéole)

16-18 mois

1er rappel de DTCP

1er rappel de Haemophilus

3 à 6 ans

ROR 2ème vaccination

A 6 ans

2ème rappel DTP

ROR : vaccination de rattrapage si les enfants n'ont pas été vaccinés plus tôt

BCG si la vaccination n'a pas été faite durant l'enfance

11 à 13 ans

3ème rappel DTP

2ème rappel Coqueluche

Hépatite B si la vaccination n'a pas été faite durant l'enfance

16 à 18 ans

4ème rappel DTP

Rubéole pour les jeunes filles non vaccinées (sous contraception efficace)

Après 18 ans

Rubéole pour les femmes non vaccinées (sous contraception efficace)

TP tous les 10 ans

Si vous avez pris du retard dans une ou plusieurs vaccinations, il n’est pas toujours nécessaire de recommencer tout le programme des vaccinations imposant des injections répétées. Il suffit de reprendre le programme au stade ou vous l’avez interrompu et de compléter la vaccination suivant le nombre d’injections nécessaires.

Le carnet de santé vous aide à tenir à jour le calendrier de vaccinations de votre enfant. Il constitue la mémoire médicale de son état de santé. Il pourra vous être réclamé notamment lors de l’entrée de votre enfant à la crèche ou à l’école.

Votre médecin de famille va être amené à effectuer le premier examen médical de votre enfant. Cet examen doit donc être particulièrement attentif.

 

Pensez à :

  • Hépatite B, taux moyen de contamination de 10 %.
  • Tuberculose de 3 à 10% ; recherche systématique par IDR
  • HIV, (en fait plutôt rares)
  • anémie fréquente, souvent carentielle mais rechercher une hémoglobinopathie
  • La fœtopathie éthylique
  • La carence en fer
  • Les parasitoses
  • La syphilis
  • Le rachitisme et les carences en vitamine D
  • rattrapage souvent satisfaisant des retards de croissance staturo-pondérale
  • retards du développement psychomoteur
  • puberté précoce des petites filles surtout celles adoptées entre 4 et 9 ans, déclenchée probablement par la modification nutritionnelle

 

L’examen clinique :

  • Les examens sensoriels
  • Les examens mettant en évidence la malnutrition (rapport périmètre brachial sur périmètre crânien) Il y a malnutrition si le rapport est inférieur à 0,29mm
  • L’âge osseux. Radiographie du poignet gauche. Mais les courbes de croissance sont françaises.

 

Examens de laboratoire :

  • NFS, parasitologie des selles avec recherche de giardia. Les transaminases et les phosphatases alcalines.
  • Autre
  • infections bactériennes et parasitaires intestinales fréquentes, gale, plus rarement le paludisme, voire exceptionnel mais grave : polio, diphtérie

 

Chez un nourrisson de moins de 3 mois, pensez aux :

dépistages systématiques qui n'ont peut-être pas été faits (hypothyroidie, phénylcétonurie, hyperplasie des surrénales) : à ne réaliser qu'en cas de signes d'orientation clinique au-delà de 3 mois

aux sérologies des maladies à risque de foetopathies (rubéole, toxoplasmose)

 

Bilan biologique :

Sérologies (hépatite B, HIV, syphilis)

NFS

si anémie : fer sérique, ferritinémie, électrophorèse de l'Hb

IDR à la tuberculine

copro et parasito des selles

 

Hépatite B :

  • rattraper le calendrier vaccinal français en pensant au vaccin contre l'hépatite B

Chez la petite fille :

  • vérifier poids et taille tous les 2 mois la 1ère année et mesurer l'âge osseux en cas d'accélération